Les femmes investissent les murs de la Goutte d’Or

François Grunberg / Mairie de Paris

Elles sont les « gardiennes » de la rue de la Goutte d’Or (18e). Des figures de femmes, mythiques ou réelles, ont surgi sous les pinceaux de Claire Courdavault : l’artiste a peint une palissade de 30 mètres de long pendant plusieurs semaines. Un hommage « à des figures féminines liées aux symboles de puissance et de protection », explique-t-elle. "Je les appelle donc les « gardiennes ».  

L’oeuvre, financée par la mairie de Paris, n’est pas le fruit du hasard : elle s’inscrit dans l’objectif de mieux intégrer la place de la femme dans l’espace public, qui s’est également illustrée au travers des marches exploratoires de femmes initiées l’an dernier, et portées par la ville de Paris et l’association Paris Macadam.

"Je travaille depuis longtemps sur la place des femmes dans l’espace public, confie Claire Courdavault, Or, elles y sont souvent en transit". L’artiste a rencontré les marcheuses de la Goutte d’Or avant de débuter la fresque. 

La suite de l’article est à découvrir sur Paris.fr

Article issu de la série « du côté de la goûte d’Or », à découvrir sur paris.fr.